Les toiles d'Isabelle Laurent sont grandes et leur construction les rend plus grandes encore.
Des lignes verticales fortes tracent des décors implacables d'une vacuité dramatique .
Que savons nous vraiment des ruelles portuaires aux volets clos et à la perspective surréaliste. On s'interroge sur ses intérieurs dépouillés au mobilier sommaire ou souffre parfois une silhouette tassée. Pour nous aider dans la quéte de cette part manquante, existe dans chacune des oeuvres, une petite touche humaine qui fait résonner l'ensemble... Aperçu d'un verre ou d'un couvert souillé ou encore en attente..... Là bat le coeur d'une artiste pudique.

 

Colette le Bourhis